Motion de censure : l’honneur de la Gauche

NEW-jl-laurentJean-Luc Laurent, président du MRC et député du Val-de-Marne : « J’ai participé pour la deuxième fois à la Motion de censure de gauche pour dire mon double refus de la loi travail et de l’utilisation du 49-3. Nous étions 56 député(e)s de toute la gauche et des écologistes. Il a manqué deux députés pour pouvoir déposer cette motion de censure que vous trouverez ci-dessous avec la liste des 56 députés signataires. Avec Christian Hutin, j’étais signataire comme député MRC du Val-de-Marne. »
Motion de censure de la gauche
Nous, parlementaires des gauches et écologistes à l’Assemblée nationale, considérons que le deuxième recours à l’article 49-3 de la Constitution, par un gouvernement issu de la gauche, sur un texte portant réforme du Code du travail, est un acte très grave.
Nous ne pouvons accepter cet acte autoritaire confisquant le débat démocratique autour d’un projet de loi pour lequel le Gouvernement n’a pas reçu de mandat de ses électeurs.
Depuis plusieurs mois, les débats autour de ce projet de loi ont provoqué dans notre pays une profonde tension sociale. Comme une majorité des Français, nous nous sommes opposés aux risques graves d’atteinte à notre modèle social que comporte ce texte, à la consécration de l’inversion de la hiérarchie des normes et à la remise en cause du principe de faveur en droit du travail, qui généraliseront la possibilité pour une entreprise de recourir au moins disant social et de réduire le pouvoir d’achat des salariés (par exemple en abaissant la majoration des heures supplémentaires).
Nous nous sommes également opposés à d’autres mesures dangereuses, comme la facilitation des licenciements économiques, les accords dits « offensifs » de développement de l’emploi et la réduction des missions de la médecine du travail, avec un droit à l’inaptitude désormais moins protecteur.
Les parlementaires opposés au projet de loi, ou simplement inquiets de certaines de ses dispositions, ont à de nombreuses reprises ces dernières semaines, et jusqu’au dernier moment, manifesté une volonté de dialogue et de retour à la négociation. La majorité des syndicats ont également exprimé des propositions sérieuses d’évolution du texte.
A l’heure où notre pays traverse une profonde crise démocratique, où le fossé entre les citoyens et les gouvernants ne cesse de se creuser, la réponse de l’exécutif est une brutale fin de non-recevoir. Ce deuxième recours à l’article 49-3 adresse ainsi au pays, à toutes celles et ceux qui se sont mobilisés, le message d’un pouvoir oubliant les valeurs communes. Il prive le Parlement de son droit le plus essentiel : débattre et se prononcer sur un projet de loi portant sur un sujet aussi déterminant pour le quotidien de nos concitoyens que le Code du travail.
Dans ce contexte, la motion de censure que nous déposons se veut une réponse démocratique et responsable, face au coup de force de l’exécutif et au recours inacceptable à cet instrument de contrainte du Parlement qui n’a plus sa place dans une constitution du XXIème siècle.
Signataires : Laurence Abeille, Sylviane Alaux, Brigitte Allain, Pouria Amirshahi, François Asensi, Isabelle Attard, Danielle Auroi, Philippe Baumel, Laurent Baumel, Huguette Bello, Jean-Pierre Blazy, Michèle Bonneton, Alain Bocquet, Marie-George Buffet, Jean-Jacques Candelier, Fanélie Carrey-Conte, Patrice Carvalho, Nathalie Chabanne, Gaby Charroux, André Chassaigne, Dominique Chauvel, Pascal Cherki, Sergio Coronado, Marc Dolez, Cécile Duflot, Hervé Feron, Aurélie Filippetti, Jacqueline Fraysse, Geneviève Gaillard, Linda Gourjade, Edith Gueugneau, Benoït Hamon, Mathieu Hanotin, Christian Hutin, Serge Janquin, Romain Joron, Régis Juanico, Jérôme Lambert, Jean Lassalle, Christophe Léonard, Jean-Luc Laurent, Noël Mamère, Alfred Marie-Jeanne, Jean-Philippe Nilor, Philippe Noguès, Christian Paul, Michel Pouzol, Patrice Prat, Barbara Romagnan, Jean-Louis Roumegas, Nicolas Sansu, Eva Sas, Gérard Sebaoun, Suzanne Tallard, Thomas Thévenoud, Paola Zanetti

Brexit : les vraies conséquences

9768684-15766474Tribune de Bruno Moschetto, Secrétaire national aux questions économiques, parue sur LaTribune.fr, jeudi 30 juin 2016.
L’Angleterre, je la veux toute nue, aurait dit le Général de Gaulle, c’est-à-dire, sans attaches. Il craignait qu’à un moment ou à un autre elle prenne « le grand large ». Aussi l’empêcha-t-il d’entrer dans la Communauté Economique Européenne (CEE) en 1962, dès sa première tentative d’adhésion. Il opposa à nouveau un refus cinq ans plus tard, en 1967. Et c’est seulement à la troisième requête, que le Président Pompidou leva la barrière en 1973. La France était à l’époque, le véritable chef d’orchestre de l’Europe. Après plus de quarante cinq ans de cohabitation, le Royaume- Uni vient de décider de larguer les amarres après un vote référendaire a priori sans appel compte tenu du résultat (suite…)

Contre la loi Travail : Tous à Paris le 14 juin !

MRCnewLe mardi 14 juin aura lieu à Paris une grande manifestation nationale contre le projet de loi Travail.
Depuis début mars, le MRC s’est positionné résolument contre ce projet de loi qui casse la hiérarchie des normes et a pour seule ambition de détériorer les conditions de travail des salariés.
Récemment, nos deux députés, Jean-Luc Laurent et Christian Hutin, ont pris position en appelant le président de la République à organiser un référendum sur ce projet de loi afin de proposer aux Français de trancher et de permettre un vrai débat politique sur la question du travail. Dans ce contexte, le MRC appelle chacun des adhérents et sympathisants à se mobiliser le 14 juin à Paris.

Seine & Marne : Urgence Inondations

inondationsLa Seine-et-Marne est aujourd’hui durement touchée par des inondations exceptionnelles, et certains territoires font face à une nouvelle montée des eaux.

Des actions de solidarité avec les victimes se sont déjà mises en place.

Nous appelons tous les amis et camarades du Mouvement Républicain et Citoyen à participer aux actions de solidarité et notamment de répondre à l’appel aux dons du Secours Populaire de Seine & Marne.

Les dons peuvent être envoyés à l’adresse suivante :
Secours populaire français, Fédération de Seine-et-Marne (précisez Urgence Inondations) BP 51925 77019 Melun cedex.

Dons en ligne : http://www.spf77.org– Renseignements au 01 64 39 29 28
secourspopulaire

Projet de Loi Travail: en sortir par le haut avec un référendum en septembre

NEW-jl-laurentCommuniqué de Jean-Luc Laurent, président du MRC et député du Val-de-Marne, jeudi 26 mai 2016.
Sans majorité à l’Assemblée nationale, soulevant une opposition sociale déterminée, le projet de loi travail divise profondément le pays. La bataille de légitimité fait rage et aucune sortie de crise ne se dessine. Les péripéties de la journée d’hier ne sont pas à la hauteur d’une crise qu’on ne peut réduire à un affrontement entre la CGT et le gouvernement.
Jean-Luc Laurent, député (MRC) du Val-de-Marne et Christian Hutin, député (MRC) du Nord, ont écrit au Président de la République pour lui demander d’organiser un référendum législatif au mois de septembre. Les Français sont adultes et le référendum constituerait une sortie de crise par le haut. Pour tout le monde, opposants comme partisans du projet de loi.
Depuis la révision constitutionnelle de 2008 et l’adoption de la loi organique d’application en 2013, la Constitution rend possible un référendum d’initiative partagée entre les parlementaires (1/5 des 925 parlementaires sont nécessaires) soutenus par des citoyens (1/10ème du corps électoral). En utilisant cette procédure, les parlementaires ont l’occasion de reprendre la main sans attendre la décision du Président de la République. MM.Laurent et Hutin ont donc adressé un courrier à l’ensemble des parlementaires demandant de soutenir un référendum dans le cadre du nouvel article 11.
Jean-Luc Laurent précise: « L’article 49 al. 3 fait partie du problème, l’article 11 al. 3 fait partie de la solution. Majorité, opposition, convaincus ou adversaires, nous allons prendre contact avec l’ensemble des groupes de l’Assemblée nationale et du Sénat pour leur présenter notre démarche et les convaincre de la soutenir. »

Lire le PDF : Courrier au Président de la République
Lire le PDF : Courrier aux parlementaires

Bastien Faudot : « La gauche Black M et ses inconséquences »

faudot2017Dans une tribune que L’Express publie en exclusivité, Bastien Faudot, le candidat du Mouvement Républicain et Citoyen à la présidentielle de 2017, réagit à la polémique sur le concert de Black M à Verdun. Il y regrette que la gauche se soit indignée de l’annulation du spectacle.

C’est un concert d’indignations qui a suivi l’annulation du spectacle de Black M à Verdun.
Venues de toutes les gauches ou presque, les paroles de déploration donnent à voir les fissures qui lézardent la République. Elles permettent surtout de prendre la mesure du fossé qui sépare ces gauches morales du peuple dont elle se revendiquent pourtant.
Le syndrome de cette gauche venue au secours de Black M doit être regardé avec grande attention: c’est un élément essentiel de la crise politique que nous traversons. D’élection en élection, elle regarde avec stupéfaction les classes populaires lui échapper, et infailliblement, elle poursuit exactement par là où le peuple la rejette.
(suite…)

Les députés du MRC s’engagent pour une motion de censure de gauche

NEW-jl-laurentPar Jean-Luc Laurent, Président du Mouvement Républicain et Citoyen, député du Val-de-Marne.
On réduit souvent le débat autour de la loi travail à une affaire entre socialistes. C’est un peu court…l’opposition de gauche à la loi travail est très vaste et profonde. A-t-on déjà oublié le succès de la pétition « Loi Travail: non merci ! » qui a largement dépassé le million de signataires ? A-t-on oublié que l’opposition à la loi Travail est le déclencheur de la Nuit Debout ? L’opposition à la loi travail est tout sauf une étroite querelle de socialistes.
Il faut réunir 58 députés de gauche pour déposer une motion de censure après le recours au 49.3. La marche est haute ! Avec Christian Hutin (député MRC du Nord), nous signerons cette motion afin de sanctionner le recours au 49.3 avant toute discussion collective.
La semaine dernière, nous avions voté le rejet préalable et le renvoi en commission du texte. En septembre 2014, nous n’avions pas voté la confiance au second gouvernement Valls qui présentait une base politique très réduite après l’expulsion d’Aurélie Filippetti, Arnaud Montebourg et Benoit Hamon.
L’utilisation du 49.3 pour une loi de de recul social et de concurrence économique, qui ne répond qu’à la seule logique européenne impulsée par Bercy, Bruxelles et Berlin, ne fait que conforter notre opposition. En s’appuyant sur la majorité élue en 2012, l’exécutif doit maintenant changer de cap.

Bastien Faudot : « Macron, une pensée de vieux dans un corps de jeune »

13087849_10208443570274142_1617150816255627207_n
Bastien Faudot sur LCI : « J’ai le même âge que Macron, mais lui a une pensée de vieux dans un corps de jeune. Il est en train de réaliser ce que rêve toute la deuxième gauche dans les années 70 (ce que Jean-Pierre Chevènement appelait « la gauche américaine »). Il est en train d’agir et de proposer un libéralisme décomplexé. Je vous propose qu’on ne débatte pas sur l’âge du capitaine… La question est : que défend Emmanuel Macron ? Je propose de regarder cela de manière plus rigoureuse : je ne comprends pas quel est son positionnement politique aujourd’hui. Il met en œuvre une politique essentiellement de l’offre, une politique d’austérité, une politique traditionnellement monétariste sur le plan économique et social, en tant que ministre de l’économie, et il explique qu’il veut faire un New Deal. Or le New Deal, dans ce que j’ai appris à l’école, c’est le grand moment de la politique keynésienne et de la demande. J’ai l’impression qu’on est totalement à 180 degrés. »

Bastien Faudot sur l’Europe


Bastien Faudot sur LCI : « Ma génération n’a connu que les crises. L’idéal européen forgé par les deux générations précédentes se fracasse aujourd’hui contre le réel. Comment peut-on prétendre construire un modèle social européen, un modèle politique européen, dès lors qu’il y a des enjeux d’intérêts profondément divergents à l’échelle du continent européen. Avant de construire du formalisme juridique, il fallait construire du commun : l’Europe des projets. »

Hinkley Point : EDF n’a pas le droit à un faux pas

NEW-jl-laurentJean-Luc Laurent est Président du Mouvement Républicain et Citoyen, député du Val-de-Marne. Il a publié une tribune concernant le projet d’EDF à Hinkley. Sur la base des éléments, de l’audition du Ministre puis du PDG d’EDF et après avoir rencontré les syndicats de l’entreprise, Jean-Luc Laurent appelle à faire la différence entre un pari et un projet.

Certains vous croient nucléariste acharné et on découvre que vous êtes opposé au projet de construction d’un EPR à Hinkley Point (Grande-Bretagne). Auriez-vous été récemment converti aux énergies renouvelables ?
Mon engagement aux côtés d’EDF a toujours été total et à ce titre je demeure un partisan raisonné de l’électricité nucléaire. Comme nos concitoyens, je considère également qu’EDF fait partie du patrimoine industriel français. Comme les 67 000 salariés du groupe, je suis aujourd’hui très inquiet lorsque je vois l’entreprise embourbée dans une ornière financière et industrielle dont on voit difficilement comment elle pourrait sortir seule.
EDF a accompagné les « Trente glorieuses », a été l’architecte du programme nucléaire français et continue aujourd’hui d’assurer notre indépendance énergétique. Et il ne faut pas non plus oublier que notre électricité d’origine nucléaire est décarbonée.
(suite…)