FaudotPar Bastien Faudot, Porte-parole du MRC, Conseiller départemental et municipal de Belfort.
Ce soir en Bourgogne Franche-Comté, c’est la victoire d’une certaine dignité. Pour notre région, l’issue était incertaine. Marie-Guite Dufay a réussi à déjouer les pronostics les plus pessimistes. Sa victoire est pour moi un soulagement. Sur le fil, ses qualités personnelles, son caractère opiniâtre et son sérieux ont fait la différence, dans un contexte fait d’hystérie, de provocations et de caricatures.
Cette victoire ne doit pas recouvrir d’un voile d’ignorance les raisons de la défaite de notre démocratie. Si cette victoire n’engage pas les réorientations nécessaires, si elle ne force pas la gauche à penser d’abord contre elle-même, alors les digues et les barrages pour l’avenir ne serviront plus à rien.
Le lien à la Nation n’est pas une chose vieillotte et désuète. L’abandonner au FN est un crime. Comment défendre l’autodétermination des peuples du monde sans défendre ardemment la nôtre ? Aimer la France, c’est aimer la liberté du monde.
Dans le Territoire-de-Belfort, le résultat est inquiétant. Dans notre département ouvrier et populaire, voir le FN en tête des suffrages au 2ème tour me rend triste.
Pour la droite, arrivée en 3ème position, la sanction est magistrale, un an et demi après les municipales, et moins d’un an après les départementales. Leur leader Damien Meslot est désavoué par le suffrage universel, jusque dans la ville de Belfort dont il est maire. Un mandat mal parti, sans souffle, dépourvu d’inspiration et d’ambition, fait de sectarisme et de clientélisme ne mène qu’à de féroces désillusions. Le contraste est saisissant pour les Belfortains qui il est vrai, ont été habitués à d’autres pratiques et ont connu durant de longues années ce que l’intelligence des politiques publiques voulait dire.
Il est temps de préparer dès à présent l’avenir de Belfort et de notre département. Cela passera par l’esprit de responsabilité et de rassemblement. Cela passera aussi par l’exigence de vérité.

« Ce soir en Bourgogne Franche-Comté, c’est la victoire d’une certaine dignité »