Position du groupe socialiste concernant la motion présentée par le groupe communiste sur le SRCI (Conseil Municipal du 29 sept 2014)

Le groupe socialiste de Champs mais plus largement de l’agglomération ne peut accepter sans coup férir le schéma proposé par le préfet de région.
Car il ne correspond qu’à un découpage technocratique, très politique sur certaines parties de la région Ile-de-France. Faire de Marne la Vallée une grande intercommunalité peut séduire dans les bureaux des ministères car dans le passé, on avait pensé des villes nouvelles comme des territoires répondant à une certaine cohérence d’urbanisation. Seulement Marne la Vallée a été urbanisée progressivement par secteur, et nul ne peut dire que nous en sommes à la même étape d’urbanisation que le secteur 3 ou le secteur 4, ou aux autres villes auxquelles on veut nous rattacher. Les enjeux, les investissements qui en découlent ne sont donc pas les mêmes et il serait catastrophique pour nos villes et nos territoires de tout regrouper. Aujourd’hui notre agglomération pense à la rénovation urbaine… là où d’autres pensent à l’intégration de l’agriculture dans leurs documents d’urbanisme…De même notre secteur de la ville nouvelle Marne la Vallée ne correspond pas plus aux autres opérations de villes nouvelles qui ont fleuri à la fin des années 70 dans les pourtours parisiens. Ici contrairement à l’agglomération qui se structure autour d’Evry ou de Cergy il n’y a pas de ville centre qui impulse les dynamiques et phagocyte les processus de décision. Les municipalités du Val Maubuée bon gré mal gré ont toutes un poids non négligeables dans la définition des projets de l’agglomération. La municipalité doit rester le premier maillon de la proximité, une cellule de base de notre future intercommunalité.

Nous ne sommes donc pas d’accord à le SRCI du préfet de région, et nous refusons également toute intégration à la Métropole par la grande porte ou la petite fenêtre qui voudrait que nous amorcions un rassemblement sur les bases du contrat de Développement Territorial, qui concerne l’aménagement dans les environs des gares du Grand Paris.
Si aujourd’hui nous comprenons et souhaitons relever les défis imposés par la loi MAPTAM n°201458 du 27 janvier 2014 pour renforcer les intercommunalités en région parisienne et éviter un morcellement qui ne permet pas d’avoir des stratégies efficaces en termes de développement économique, d’emploi, de distribution du logement, de transports et les faire passer à 200 000 habitants, aller au-delà n’a aucun sens à plusieurs égards ! Quid de la cohérence territoriale, qui des enjeux de proximité et quid de démocratie locale !

Pour finir si la motion dans ses grandes lignes convient au groupe socialiste de Champs, parce qu’elle montre notre volonté commune d’interpeller le préfet de région, nous rappelons que nous ne sommes pas seulement favorables aux coopérations comme indiqué dans le titre, mais plus sûrement aux intercommunalités voulues.

Nous ne pouvons que nous satisfaire du bilan de feu le SAN du Val Maubuée devenu communauté d’agglomération, parce qu’il a construit notre territoire aux côtés des communes, que sans cesse il a cherché, avec les communes, à le faire rayonner et à accroitre le bien être des habitants.

A ce titre, les élus socialistes de Champs mais aussi de l’agglomération trouvent intéressant un l’élargissement progressif de notre intercommunalité dans le sens de ce qui a été esquissé depuis deux ans avec Paul Miguel avec la Brie Francilienne et Marne Chantereine. Mais c’est un travail de moyen terme, qui ne peut être opérationnel au 1erjanvier 2016.

L’intercommunalité ne doit pas subie ; elle doit être une intercommunalité de projet. Pas un guichet à la porte de laquelle les communes iraient frapper, mais une structure politique et administrative qui relève des défis qui ne peuvent l’être au niveau communal.

Elle doit donc être cohérente territorialement et pas un projet de calcul politique et électoraliste. C’est ce que nous avons déjà dit dans les réunions publiques ou en comité réduit depuis le début de l’année. Nous ne changerons pas d’orientation.

Non à la métropole ! Non au schéma régional de coopération intercommunal actuellement proposé !
Oui à un territoire intercommunal cohérent plus à même de répondre aux perspectives de l’avenir, mais négociés avec les élus et les habitants et avec pour seule ambition d’avoir un service public et des équipements qui répondent aux besoins de nos populations.
Le groupe socialiste votera donc favorablement à cette motion.
Julie GOBERT

Champs : position du groupe socialiste