Le texte ci-dessous est une réflexion autour du livre d’Emmanuel Todd, dont le moins qu’on puisse dire est qu’il a ébouriffé du monde. Moi y compris. D’une part parce je le trouve à la fois brillant et contestable, ce qui n’est pas une mince affaire. Ensuite parce que j’ai l’impression que son auteur vient peut-être de marquer un but contre son camp, ce qui me désole. Enfin parce qu’il me semble qu’il a souvent été lu comme s’il était un bloc, ce qui peut hélas conduire à louper le meilleur.

Il est vrai qu’il est difficile de se retrouver dans l’ouvrage de Todd pour les gens qui, tout comme lui :
– s’opposent vigoureusement à la construction européenne telle qu’elle va, et aspirent à se débarrasser au plus vite de la monnaie unique,
– éprouvent du respect pour la Russie, et voient parfaitement ce que la France aurait à gagner à se rapprocher de ce grand pays,
– n’hurlent pas au scandale quand ils entendent dire qu’il existe, au sein de la classe politique française et notamment dans le rapport à l’Allemagne, un petit quelque chose de l’ordre du « vichysme post-moderne », selon une expression du ministre grec Yanis Varoufakis que ne renierait sans doute pas Todd,
– ont le cœur à gauche mais rejettent absolument le catéchisme du « droit à la différence », tant ils sentent tout le potentiel ségrégatif qui se niche dans les idées faussement généreuses de la gauche « diversitaire »,
– sont favorables l’exogamie, absolument pas hostiles à l’idée d’une France multiethnique, mais très hostiles, en revanche, à celle d’une France multiculturelle,
– sont prêts à convenir que les manifestations du 11 janvier 2015 ont avant tout réuni des représentants des catégories supérieures et intermédiaires, qu’il n’y avait là ni « les banlieues », ni l’électorat du Front national issu des catégories populaires, et que ça ne plaide que moyennement en faveur de la thèse de « l’immense sursaut populaire ».

Il est difficile, donc, de se retrouver dans l’ouvrage d’Emmanuel Todd pour des gens qui lui ressemblent, mais qui pourtant :
– sans trouver Charlie Hebdo fantastiquement drôle, rejettent l’idée que ce journal soit « islamophobe ». Et rejettent plus encore la comparaison des caricatures de Mahomet à celles des Juifs de jadis. Caricaturer Mahomet, c’est se moquer de croyances, d’idées, pas d’individus,
– sont résolument laïques (mais non « laïcards » ou « laïcistes » ), et ne trouvent pas judicieux d’abandonner la laïcité soit aux européistes et aux néolibéraux (qu’en feraient-ils ?) soit aux groupes d’extrême-droite qui l’instrumentalisent (voir un article ici à ce sujet).

Il m’a donc semblé important de mettre un peu d’ordre dans tout ça, de trier les patates et d’essayer de déterminer s’il faut noyer – ou pas – le bébé dans l’eau du bain.

Il y a du monde dans le dernier livre d’Emmanuel Todd. S’y bousculent pêle-mêle des « laïcistes radicaux », des « néo-républicains », des « MAZ », ainsi que les désormais célèbres « catholiques zombies ». A en croire le démographe, tout ce que le pays compte de gens « pas sympas », ou, plus exactement, de gens « sympas-en-apparence-mais-dangereux-dans-leurs-tréfonds », serait descendu dans les rues de France le 11 janvier 2015 pour exprimer son « islamophobie ». Bref, le 11 janvier, c’était un peu Freaks ou la monstrueuse parade.

On comprend que ceux qui ont foulé le pavé ce jour-là aient été choqués par la thèse. Blessés même. On sait – le nier serait immodeste – qu’il existe des « inconscients collectifs » et qu’on est souvent mu par des déterminismes qu’on ne soupçonne même pas (les intérêts de classe, par exemple). Pourtant, les individus ne sont jamais que cela, et les citoyens moins encore. On l’espère en tout cas. Car comment croire encore à la démocratie si l’on rejette l’hypothèse d’un citoyen autonome, capable d’exercer sa raison et de faire des choix libres ? Emmanuel Todd le sait d’ailleurs puisqu’il concède qu’« on ne peut jamais enfermer une personne dans une détermination anthropologique » (p.171).

On n’aime donc guère, en tant qu’adulte s’estimant responsable et capable de formuler un jugement en conscience, s’entendre expliquer que ce pour quoi on dit avoir manifesté n’était que le faux nez de motivations troubles. Et l’on n’aime guère écoper d’un procès en « racisme refoulé » quand on a seulement souhaité exprimer cette idée simple : il est inadmissible d’assassiner pour des dessins, et la liberté d’expression ne se discute pas. Ça encore, Todd le sait puisque la conclusion du livre énonce ceci : « le droit au blasphème est absolu. Les forces de l’ordre doivent assurer la sécurité des blasphémateurs. Les ministres de l’Intérieur qui échouent dans cette tâche doivent rendre des comptes à la nation » (p.233).

L’auteur a donc pris le parti délibéré de choquer. Ou de blasphémer si l’on veut. Car oui, ainsi qu’il l’affirme, il y avait bien une dimension religieuse dans le mouvement « Charlie ». Il y avait, comme l’explique Régis Debray, « un sacré retrouvé [qui] n’a pas été avoué, mais vécu dans l’émotion fusionnelle qui est son signe distinctif ». Il y a donc eu l’inévitable corollaire de toute religiosité : l’interdiction faite aux sceptiques de formuler leurs doutes sous peine d’être conspués. Ce que nous avons sacralisé, écrit encore Debray, « c’est l’idée qu’on peut rire de toute chose. Sauf des rieurs, bien entendu, surtout quand la mort les a plus qu’héroïsés : sacralisés ». Dans ces conditions, gare à celui qui osait – et qui ose encore – n’être point Charlie. Il s’expose à subir les effets répressifs d’un singulier « maccarthysme démocratique » (Debray toujours), celui-là même qu’Emmanuel Todd a décidé de mettre au défi.

La démarche est louable mais le ton défrise. On sent un peu la volonté de « choquer le bourgeois ». L’un des objectifs de l’auteur de Qui est Charlie ? est bien d’ailleurs de montrer l’uniformité sociologique des manifestations du 11 janvier, essentiellement peuplées de représentants des classes moyennes et supérieures et provenant en masse, selon les cartes figurant dans l’ouvrage, des régions fraîchement déchristianisées ou « catholiques zombie »(1). Toutefois, en adoptant un ton polémique, Todd aboutit peut-être à ce qu’on passe à côté du meilleur de son livre. Car cet essai est aussi – surtout ! -, une réflexion argumentée, parfois même magistrale autour de la valeur d’égalité, de la centralité qu’un certain nombre de déterminants anthropologiques ont conféré à celle-ci dans l’histoire de notre pays, et de la manière dont, hélas, elle dépérit.

Si Emmanuel Todd semble n’avoir guère de tabous, il a ses totems. Son sacré à lui, c’est l’idée égalitaire et tout ce qui va avec : une inquiétude face au décrochage des milieux populaires, une préférence nette pour le mélange des gens donc pour l’exogamie, un assimilationnisme assumé (2) qui se défie du discours faussement bienveillant mais authentiquement excluant porté par la gauche differentialiste : « officiellement, le PS est depuis les années 1980 le défenseur des immigrés et de leurs enfants. Son « antiracisme » est constant. Il a patronné le mouvement SOS Racisme (…) il évoque encore de temps en temps le droit de vote des étrangers aux élections locales. Cet engagement s’est toutefois inscrit dès le départ dans une logique multiculturaliste qui insiste sur le « droit à la différence », symptôme pour ainsi dire clinique d’ancrage dans un inconscient inégalitaire » (p. 170).

On ne peut qu’être séduit par l’attachement du démographe à l’idée d’égalité, de même que par l’originalité des analyses qu’il formule autour de ce thème. On l’a sans doute trop peu dit mais l’essai est d’abord né d’une volonté de comprendre la montée dramatique de l’antisémitisme dans les banlieues. Le facteur explicatif donné ici est le suivant : cet antisémitisme serait le fruit d’un égalitarisme perverti, ou d’une « xénophobie universaliste ». Il serait principalement le fruit d’un tropisme égalitaire contenu en germe dans la « famille communautaire arabe » (3) et profondément contrarié par la « différence juive » pour deux raisons. D’une part parce que celle-ci, justement, est différence. Ensuite parce la capacité des Juifs à faire vivre cette différence les protège d’un mal qui dévore nos sociétés postmodernes, l’anomie. « Les individus d’origine maghrébine sont (…) beaucoup plus menacé par l’anomie que par le communautarisme » or « dans le contexte d’une atomisation du milieu social environnant, on imagine plutôt les juifs pratiquants enviés. Leur communautarisme les met à l’abri du vide » (p. 218). Une sorte de jalousie, en somme, vis à vis d’un communautarisme vécu comme plus performant, et déjà pressentie par un auteur comme Julien Landfried. Ce dernier, dans un essai paru en 2007 (4), évoquait déjà l’existence d’un « antisémitisme de ressentiment »….

La « xénophobie universaliste », oxymore s’il en est, explique également selon Todd, l’attrait exercé par le Front national, de manière paradoxale, sur une partie de l’électorat des zone égalitaires françaises, phénomène déjà largement décrit dans Le Mystère français (recension ici). Cet électorat serait en fait exaspéré par la rémanence de différences visibles au sein des populations d’origine immigrée, cependant que son égalitarisme originel le pousse naturellement à stipuler que tous les hommes se ressemblent. En résulte un racisme réactif qui signe l’incapacité de « l’homme universel » à admettre la dissemblance, fût-elle transitoire, de populations d’origine étrangère en cours d’assimilation.

Cette interprétation de la montée du vote FN et de sa localisation géographique est non seulement originale, mais également convaincante. Il faut sans doute y ajouter que le Front national s’est montré capable, sous la houlette de Marine Le Pen, de préempter le discours qui fut jadis celui de la gauche républicaine, un discours à la musicalité égalitaire que le président de la République est allé jusqu’à comparer récemment à celui du Parti communiste des années 1970. Rappelons enfin que le FN s’est arrogé le quasi monopole de la critique eurosceptique. Et pour cause : pétrifié à la pensée de « blasphémer l’Europe », les autres partis politiques se refusent de le lui disputer. Or le moins que l’on puisse dire est que la construction européenne est un formidable multiplicateur d’inégalité. A l’intérieur des pays membres d’abord : comment une Europe de la monnaie serait-elle être autre chose qu’une Europe de l’argent donc favorable aux populations les plus aisées ? Ensuite parce qu’elle favorise la hiérarchie entre les nations qui la composent. La survalorisation du « modèle allemand » et la muflerie quasi raciste dont sont victimes les peuples d’Europe du Sud le montre de manière spectaculaire.

¤¤

Restent la charge contre le « laïcisme radical » d’une part, celle contre « l’islamophobie » d’autre part.

Quant au procès du « laïcisme radical », il est difficilement compréhensible sous la plume d’un défenseur ardent de l’égalité. On saisit, si l’on est attentif, qu’Emmanuel Todd vise avant tout ceux qui considèrent que la laïcité seule vaut d’être défendue, et que le combat mené tambour battant en faveur de celle-ci dispense de mener tous les autres : « nombre d’intellectuels d’une gauche soi-disant critique ont été aspirés par la revendication de laïcité, substitut de la critique du libre-échange et de l’euro dont ils sont incapables » (p. 102). C’est là chose très juste, et cela méritait d’être dit, d’autant que le combat laïc mené de manière exclusive est voué à tourner dans le vide. Car évidemment, les politiques économiques et européennes menées depuis trente ans creusent les inégalités, contribuent à la déréliction du corps social, disloquent la nation et favorisent l’anomie. Évidemment, l’anomie génère la tentation de trouver refuge dans la religion : à défaut de pouvoir s’intégrer à une communauté nationale qui s’autodétruit, on cherche à s’intégrer à autre chose. Évidemment donc, tout cela contribue à durcir les attachements religieux de substitution, donc à fragiliser la laïcité. Le serpent peut ainsi continuer se mordre la queue à l’infini….

Pour autant, on ne peut s’empêcher de se désoler des attaques répétées à l’endroit du « laïcisme », car elles tendent à jeter le discrédit sur une laïcité qui, si elle ne doit pas être défendu seule, n’en mérite pas moins de l’être ! Sans compter que l’étrange concept de « laïcisme » pose un problème de logique. Il laisse penser qu’être laïque est une option spirituelle comme une autre, susceptible elle aussi de dérive intégristes, ce qui est – ce qui devrait être en tout cas – impossible. En effet, la laïcité n’est en aucun cas une foi mais un mode d’organisation de la société visant à rendre tous les individus égaux devant la possibilité de pratiquer telle ou telle religion, ou de n’en pratiquer aucune. Comme expliqué ici, elle est « une organisation politique de la tolérance, un moyen de la rendre obligatoire en lui donnant la forme de la loi », donc en se prémunissant du caractère purement subjectif de la tolérance individuelle. Qu’est-ce alors que le « laïcisme» ? Un intégrisme de l’égalité de tous dans la liberté de conscience ? Une déviance totalitaire de la tolérance ? On est perplexe.

« L’islamophobie » enfin, que l’auteur de Qui est Charlie ? semble supposer commune, au moins à l’état latent, à l’ensemble des manifestants du 11 janvier et, en amont, aux journalistes de Charlie Hebdo, est l’autre notion problématique dans le livre. Il serait bien sûr idiot de nier qu’une telle passion triste pût exister mais enfin, la mettre dans le même sac que la gaudriole anticléricale…. Todd va jusqu’à écrire que « le blasphème soit sur sa propre religion ne devrait pas être confondu avec le droit au blasphème sur la religion d’autrui » et à déplorer que l’on puisse s’autoriser à moquer « la religion d’un groupe faible et discriminé » (p.15). Mais enfin, de quel groupe faible et discriminé parle-t-on, dès lors qu’un chapitre entier est consacré à rappeler – très justement – la nocivité et l’absurdité d’une essentialisation des Français musulmans ? Enfin, faut-il le rappeler, pour un athée, la religion quelle qu’elle soit est toujours la religion de l’autre.

Qui est Charlie ? est tout sauf un quick book écrit sur le coin d’une table entre la poire et le fromage. C’est un livre dense et souvent très brillant. Mais sa particularité – qui explique sans doute l’émotion générée par sa parution – est qu’il semble parfois mêler deux niveaux de discours.

Il y a d’abord le discours scientifique, à partir de l’analyse d’un fait social, le « 11 janvier ». Le sérieux de cette analyse, qui reprend beaucoup des travaux antérieurs du démographe, ne fait aucun doute, quoi qu’aient pu en dire des commentateurs fâchés. Mais se mêle à l’ouvrage un certain nombre d’appréciations plus idéologiques – notamment dans l’introduction – qui rendent parfois la lecture presque douloureuse.

Bref, ce livre n’est pas un bloc. La bonne façon de l’aborder – car il faut l’aborder – reste sans doute comme préconisé ici, de le « débarrasser de sa gangue de portnawak ».

(1) Cette notion semble avoir beaucoup choqué. Pourtant, était déjà hyper-présente dans Le Mystère français (2013) et n’avait pas fait réagir à l’époque. Dans un entretien publié ici, il est défini comme « un catholicisme qui est mort religieusement, mais socialement vivant ».

(2) En réalité, dans Le destin des immigrés, publié au milieu des années 1990, Todd manifeste déjà sa préférence pour l’assimilation, et explique que le différentialisme est en fait le produit de structures familiales inégalitaires.

(3) Dans les travaux de Todd, on retrouve toujours quatre grand type de systèmes familiaux:la famille nucléaire absolue, la famille nucléaire égalitaire, la famille souche et la famille communautaire. La famille communautaire correspond à un système familial dans lequel les relations parents/enfants sont plutôt autoritaires, mais les relations entre frères plutôt égalitaires.

(4) Julien Landfried, Contre le communautarisme, Armand Colin, 2007.

Coralie Delaume : Charlie, Todd, le bébé et l’eau du bain